Notice bibliographique

  • Notice
vignette simple

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte noté : sans médiation

Auteur(s) : Rebeillard, Laurent (1954-....)  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre(s) : Histoire de la Sainte Face de Jésus-Christ [Texte imprimé] / Laurent Rebeillard

Publication : [Saint-Germain-d'Esteuil] : Éditions de la Sainte Face, DL 2023

Impression : 59-Linselles : Impr. Sobook

Description matérielle : 1 vol. (143 p.) : ill. en coul. ; 22 cm

Note(s) : Bibliogr. p. 142-143


Identifiants, prix et caractéristiques : ISBN 978-2-38429-160-1 (br.) : 17 EUR
EAN 9782384291601

Identifiant de la notice  : ark:/12148/cb47353685k

Notice n° :  FRBNF47353685


Résumé : La dévotion à la Sainte Face date du vivant même du Christ : Jésus adressa au roi Abgar d'Édesse une Image de son Visage sur un voile, le Mandylion. À Édesse, saint Jude-Thaddée, qui vint guérir le roi Abgar de la part du Christ, quelques années après son Ascension, amena avec lui ce linceul porteur de l'image sanglante de sa Passion que l'on vénère aujourd'hui à Turin. En raison de leur présence simultanée à Édesse dès le premier siècle, le Linceul et le Mandylion ont été confondus, alors qu'il s'agit de deux reliques bien distinctes. Sur le chemin qui le menait au Calvaire, ployant sous le poids de sa croix, accablé d'outrages, Notre-Seigneur rencontra Véronique qui, prise de pitié, voulut essuyer son visage et le rafraîchir : sur le suaire qu'elle utilisa fut imprimé miraculeusement une image de la Sainte Face souffrante du Christ qui fut amenée à Rome dès le premier siècle, et conservée par les Papes. Cette image divine fut régulièrement exposée à la vénération des foules jusqu'au milieu du XIXe siècle, puis elle s'effaça, laissant la place à la Sainte Face du Linceul, qui, lors de la première photographie qui en fut faite en 1898, apparut sur le négatif avec une netteté et une intensité surnaturelles. Elle reste l'image de référence de la Sainte Face du Christ. Il existe enfin une quatrième image acheiropoïète de la Sainte Face, visible sur un voile de byssus conservé dans l'église de Manopello depuis 1638, correspondant au « soudarion » dont parle saint Jean dans son Évangile, qui le distinguait bien des autres linges funéraires. Il s'agit en fait du « suaire » qui recouvrait, sous le linceul qui l'enveloppait, la Sainte Face du Christ dans le Sépulcre, et qui a recueilli le premier instant de sa Résurrection. Sur ces reliques, les visions de Catherine Emmerich nous apportent des précisions de grande valeur qui permettent de comprendre leur origine et leur histoire : ce travail s'en est donc largement inspiré. [source éditeur]


Localiser ce document(1 Exemplaire)

Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée