Notice bibliographique

  • Notice
vignette simple

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte noté : sans médiation

Auteur(s) : Bancel, Nicolas  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre(s) : Décolonisations ? [Texte imprimé] : élites, jeunesse et pouvoir en Afrique occidentale française, 1945-1960 / Nicolas Bancel

Publication : Paris : Éditions de la Sorbonne, 2022

Impression : 53-Mayenne : Dupliprint

Description matérielle : 1 vol. (419 p.) ; 24 cm

Collection : Internationale, ISSN 0768-1984 ; 107

Lien à la collection : Publications de la Sorbonne. Série internationale 


Note(s) : Bibliogr. p. 389-406. Index


Sujet(s) : Classes dirigeantes -- Afrique-Occidentale française -- 1945-1970  Voir les notices liées en tant que sujet
Jeunesse -- Activité politique -- Afrique-Occidentale française -- 1945-1970  Voir les notices liées en tant que sujet
Décolonisation -- Afrique-Occidentale française  Voir les notices liées en tant que sujet

Indice(s) Dewey :  966.032 (23e éd.)  Voir les notices liées en tant que sujet


Identifiants, prix et caractéristiques : ISBN 979-10-351-0808-3 (br.) : 30 EUR
EAN 9791035108083

Identifiant de la notice  : ark:/12148/cb47097598x

Notice n° :  FRBNF47097598


Résumé : La décolonisation de l'Afrique occidentale française marque-t-elle une rupture ? C'est la question que pose ce livre. En plongeant dans cette histoire complexe, Nicolas Bancel propose une analyse articulant l'histoire politique et institutionnelle de l'AOF à l'histoire moins connue de la formation et de la politisation des élites ouest-africaines. Après 1945, une nouvelle génération devient l'avant-garde politique de l'anticolonialisme, malgré les tentatives des autorités coloniales de la contrôler. Au cours des années 1950, les syndicats se renforcent, la jeunesse entre en ébullition politique alors qu'apparaissent les premiers partis indépendantistes d'Afrique occidentale française, menaçant l'ordre colonial d'un front commun. C'est dans ce contexte que les indépendances sont négociées entre les autorités coloniales et la première génération de lettrés africains, leaders des partis politiques de masse. La nouvelle génération politique a perdu la partie ; pourtant, ses projets politiques et sociaux sont-ils si différents de ceux des autorités coloniales ? En suivant la formation intellectuelle et corporelle de cette élite, on comprend qu'un processus d'hybridation culturelle est à l'œuvre. Ce processus se caractérise par l'incorporation de valeurs, de normes et de styles de conduite qui rapprochent ces anticolonialistes radicaux de leurs adversaires. Porteurs de valeurs et d'outils intellectuels venus d'Occident, ils engagent une concurrence mimétique avec l'Europe, caractérisant toute l'ambiguïté des décolonisations et ouvrant sur une nouvelle perspective pour appréhender la continuité des politiques coloniales menées après les décolonisations. [source éditeur]


Localiser ce document(1 Exemplaire)

Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée