Notice bibliographique

  • Notice
vignette simple

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte noté : sans médiation

Auteur(s) : Loridan-Ivens, Marceline (1928-2018)  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre(s) : Ma vie balagan [Texte imprimé] / Marceline Loridan-Ivens ; écrit en collaboration avec Élisabeth D. Inandiak

Publication : Paris : Robert Laffont, DL 2021

Impression : impr. en Espagne

Description matérielle : 1 vol. (267 p.) ; 18 cm

Collection : Arion

Lien à la collection : Arion (Paris) 



Autre(s) auteur(s) : Inandiak, Élizabeth D. (1959-....). Collaborateur  Voir les notices liées en tant qu'auteur


Sujet(s) : Survivants des camps de concentration -- France  Voir les notices liées en tant que sujet
Konzentrationslager Birkenau  Voir les notices liées en tant que sujet

Genre ou forme : Récits personnels juifs  Voir les notices liées en tant que genre ou forme

Indice(s) Dewey :  940.531 8092 (23e éd.)  Voir les notices liées en tant que sujet


Identifiants, prix et caractéristiques : ISBN 978-2-221-25863-7 (br.) : 9 EUR
EAN 9782221258637

Identifiant de la notice  : ark:/12148/cb469566407

Notice n° :  FRBNF46956640


Résumé : " J'ai vécu comme je l'ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. " Auschwitz en 1944, Saint-Germain-des-Prés en 1950, Pékin en 1968 : une vie de désordre, de provocations et d'aventures brûlantes. Le matin de ses soixante-dix-huit ans, Marceline Loridan-Ivens, née Rozenberg, calcule que 7 et 8 font 15 : quinze ans, son âge lors de sa déportation au camp d'Auschwitz-Birkenau. Elle contemple les objets de sa maison, qui réveillent en elle des fragments de sa vie, faite de désordres, de révoltes, de provocations et d'engagements sur les marges du monde...En 1945, rescapée des camps de la mort, Marceline se lance dans la vie comme si elle n'avait plus rien à perdre. Elle hante les nuits bleues des caves de Saint-Germain-des-Prés, s'engage en politique, porte des valises pour le FLN, lutte pour l'avortement - elle est de tous les combats - et rencontre le cinéaste Joris Ivens avec qui elle partagera une grande histoire d'amour et de cinéma.Simone Veil, son amie, se rappelait que même à Auschwitz, Marceline racontait des histoires drôles. Une façon pour elle de survivre. Ainsi se reconstruit à la première personne, sur une mémoire fuyante et une force de vie contagieuse, la légende intime de Marceline Loridan-Ivens, que le feu des nazis n'a pas pu anéantir. [source éditeur]


Localiser ce document(1 Exemplaire)

Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée