Notice d'ensemble éditorial

  • Notice

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Image fixe : sans médiation

Auteur(s) : Gillot, Claude (1673-1722). Graveur  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre conventionnel : [Planches pour : Antoine Houdar de la Motte. Fables nouvelles dédiées au Roy... avec un discours sur la fable, Paris, G. Dupuis, 1719]  Voir les notices associées à la même oeuvre

Titre(s) : [Planches pour : Antoine Houdar de la Motte. Fables nouvelles dédiées au Roy... avec un discours sur la fable] [Image fixe] : [estampe] / [Claude Gillot]

Publication : [Paris] : [G. Dupuis], [1719]

Description matérielle : 68 est.

Note(s) : Éd. : In-4°
. - Le département des Imprimés en possède quatre exemplaires, parmi lesquels deux sont aux armes du Régent (un de ceux-ci est même l'exemplaire de dédicace au Régent). [Rés. Ye. 884-885]
. - L'illustration, comprend un frontispice gravé par N. Tardieu d'après Ch. A. Coypel, une vignette sur le titre par Ch. Simonneau l'aîné d'après N. Vleughels, une autre en tête de la fable liminaire : "Au Roy" par N. Tardieu d'après J. B. Massé, une en tête du "Discours sur la Fable" dessinée et gravée par Gillot et une en tête des fables qui composent les 5 livres de l'ouvrage. Soit au total 103 images. Dans ce nombre 31 pièces ont été dessinées et gravées par d'autres que Gillot, à savoir Coypel, Ranc et Bernard Picart pour le dessin, le même Picart, N. Tardieu, Cochin le père, Ch. Simonneau, Edelinck pour la gravure. 67 vignettes ont été dessinées par Gillot qui en grava lui-même 58, si l'on comprend dans ce chiffre 6 pièces qui n'ont pas de signature, mais que leur facture permet, d'attribuer à Gillot et pour le dessin et pour la gravure. Il faut ajouter à ces 67 illustrations une vignette supplémentaire de même format : "l'Écrevisse philosophe", que Gillot a dessinée et gravée pour la fable XI du Livre VI, lequel ne figure pas dans l'édition in-4° de 1719, mais qui fut imprimé, sans gravures, dans le tome IX des "Œuvres de La Motte" (Paris, 1754, in-12)
. - Des copies hollandaises, réduites et dans le même sens, figurent dans une édition publiée à Amsterdam, chez Wetstein et Smith, en 1727 (2 vol. in-12)
. - Des copies allemandes, dans le même sens, se trouvent dans une traduction des "Fables" intitulée : "Herrn Houdart de La Motte Neue Fabeln, aus dem Frantzösischen in deutsche Versse übersetzt" (von C. G. Glafey] (Frankfurt und Leipzig, G. Siegert, 1736, in-4°) [Impr. Ye. 1751.]
. - Les dessins originaux sont mentionnés dans l'inventaire après décès de Gillot (Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art français, 1923, p. 117) : "Un carton de desseints lavés des sujets de fables de M. de la Mothe, prisés 60 livres." Douze de ces dessins sont aujourd'hui au Musée du Louvre [information 1968]
. - Consulter Dacier (Émile). "Le Premier Livre illustré du XVIII.e siècle : les Fables de La Motte et les vignettes de Claude Gillot", dans "les Trésors des Bibliothèques de France", II, 1929, p. 1-14, pl.) et "Des Emblèmes de Callot aux Fables de Gillot", dans "L'Amateur d'Estampes", 1932, p. 97, 136, 181
. - Les vignettes de cette édition ne portent pas de titre, on les désigne par le nom de la Fable en tête de laquelle elles se trouvent
. - Les épreuves conservées dans l'œuvre de Gillot (Db 14a) ont été en la possession de Mariette qui les a titrées et numérotées. Il les cite comme : "Une suite de sujets de fables ou apologues, au nombre de 68 planches inventées et gravées à l'eau-forte par Cl. Gillot, à l'exception de quelques-unes dont il a seulement fourni les desseins et qui ont été gravées par Charles Simonneau et Nicolas Tardieu..." ("Notes ms.", T. III, fol. 259, N° 20-25). Ainsi que l'a fait B. Populus ("op. cit.") il a paru préférable de mentionner toutes les gr. de cette édition, et, pour respecter l'unité de l'ensemble des planches sans indication d'auteur ou de graveur, celles dont il a fourni les dessins sans les graver lui-même
. - Ce n'est pas seulement par le nombre, c'est aussi par la qualité que la contribution de Gillot à l'illustration des "Fables" de la Motte l'emporte sur celle de ses collaborateurs
. - De son côté, Caylus, estimait que Gillot "sera à jamais célèbre [comme graveur à l'eau-forte] par l'intelligence et l'agrément de la composition avec lesquelles il a représenté la plus grande partie des "Fables" de La Motte" "(Vie d'Antoine Watteau.)"
. - Pour M. Émile Dacier, l'ouvrage "marque l'apogée de Gillot dessinateur et graveur, de plus il occupe dans l'histoire du livre une place exceptionnelle". Il fait époque : Il n'est pas exagéré d'y "voir le premier livre illustré du XVIII.e siècle ou, pour parler plus exactement, le premier en date des livres illustrés dans l'esprit du XVIII.e siècle. A ce titre, et sans être rarissime, il mérite d'être considéré comme un trésor un trésor généralement méconnu de nos bibliothèques."
. - Par contre, le texte, passablement indigent, de La Motte fut sévèrement censuré. La critique la plus mordante est celle de François Gacon, "le poëte sans fard", dont nous citerons seulement ces quelques vers, où d'ailleurs Gillot n'est pas épargné : "Quand le graveur Gillot et le poëte Houdart, // Pour illustrer la Fable auront mis tout leur art, // C'est une vérité très sûre // Que le poëte Houdart et le graveur Gillot // En fait de vers et de gravûre // Nous feront regreter La Fontaine et Callot." // Les vignettes de cette édition ont été deux fois publiées à part. Un premier recueil, comprenant seulement les 68 eaux-fortes de Gillot (soit les 67 vignettes de l'édition in-4° de 1719, plus celle de "l'Écrevisse philosophe" qui n'en fait pas partie), parut sans titre. Un second recueil fut ensuite publié par F. Chereau sous le titre : "Les cent une Figures pour les Fables de La Motte, composées et publiées par C. Gillot". Ce recueil comprend les 101 vignettes de l'éd. in-4° de 1719, mais celle de "l'Écrevisse philosophe" ne s'y trouve plus
. - Nombre de ces petites compositions ont été pour Gillot l'occasion de reproduire ce qu'il pouvait observer : scènes d'intérieur, scènes de la rue, scènes de plein air (dans lesquelles certaines indications de paysage font déjà penser à des eaux-fortes de Daubigny). Elles dépassent de beaucoup en intérêt les représentations mythologiques ou les scènes d'animaux, surtout quand ces animaux ne sont pas familiers à l'artiste
. - Notice chargée sans modification à partir de l'Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle
Ouvrage ou suite conservé sous la cote :

Référence(s) : Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle / Bibliothèque nationale, Département des estampes. Tome X, Gaugain-Gravelot / par Michèle Hébert,... Edmond Pognon,... et Yves Bruand,... ; avec la collab. de Yves Sjöberg. - Bibliothèque nationale (Paris), 1968, article GILLOT (Claude), n. 31-98 = IFF18 GILLOT (Claude), 31-98


Typologie : Illustration

Notice n° :  FRBNF44561254

Univers cartes et images Cette notice appartient à l'univers images et cartes



Notices bibliographiques liées

Localiser ce document(2 Exemplaires)

Richelieu - Estampes et photographie - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée

DB-14 (A)-FOL
support : estampe

Réserver sur placeAcheter une reproduction

Richelieu - Estampes et photographie - magasin de la Réserve

1 partie d'exemplaire regroupée

RESERVE TC-24-4
support : estampe

Pièce(s) de réserve. Communication aux heures d'ouverture dans l'espace dédié