Notice bibliographique

  • Notice
  • vignette
  • vignette
vignette large

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte noté : sans médiation

Auteur(s) : Le Chevalier, Charles-Henri (1951-....)  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre(s) : La rémunération des grands patrons [Texte imprimé] : halte à la démesure ! / Charles-Henri Le Chevalier

Publication : Paris : les Belles lettres : Manitoba, 2021

Impression : 01-Peronnas : Impr. Sepec numérique

Description matérielle : 1 vol. (293 p.) ; 20 cm

Collection : Entreprises et société ; 55

Lien à la collection : Entreprises et société 


Note(s) : En appendice, choix de documents


Sujet(s) : Administrateurs de sociétés -- Salaires -- 2000-....  Voir les notices liées en tant que sujet

Indice(s) Dewey :  331.281 33804 (23e éd.)  Voir les notices liées en tant que sujet


Numéros : ISBN 978-2-37615-084-8 (br.) : 21,50 EUR
EAN 9782376150848

Identifiant de la notice  : ark:/12148/cb469439226

Notice n° :  FRBNF46943922


Résumé : Comment sont fixées les rémunérations des grands patrons ? Pourquoi ces retraites chapeau et ces indemnités de départ qui ont tant choqué l'opinion publique ? Au cours des trente dernières années les grands patrons ont-ils mérité leur salaire ? A-t-on réellement rémunéré les grands dirigeants selon leurs performances, leurs retraites sont-elles trop généreuses ? Les actions qu'ils ont perçues sont-elles méritées ? Les a-t-on indemnisé trop « grassement » lorsqu'il leur a été demandé de partir ? C'est à ces questions que Charles Henri Le Chevalier tente de répondre en s'appuyant sur des exemples vécus, en distinguant les performances et les rémunérations justifiées de certains grands patrons (Essilor International, SEB…) de toutes les dérives auxquelles on a assisté : la rémunération strastosphérique de Carlos Goshn, les indemnités de Patrick Kron lors de son départ d'Alstom, la retraite chapeau annuelle de Lindsay Owen Jones de 3,4 millions d'euros ! Ces rémunérations sont elles légitimes par rapport aux collaborateurs dans l'entreprise à l'heure d'internet où la transparence est de règle ? Au « pas vu, pas pris , pas grave », succède désormais le « vu, pris, très grave », surtout lorsque le Patron part avec un pactole alors que des plans sociaux se mettent en place dans le groupe. Et pourtant comment ne pas souligner la difficulté de sélectionner le bon dirigeant, celui qui a en main l'avenir de plusieurs dizaines de milliers de salariés ? Comment ne pas reconnaître qu'il doit avoir une rémunération élevée conforme à sa fonction et à ses résultats ? Comment ne pas rappeler que la plupart ont des exigences vis-à-vis d'eux-mêmes et de leurs proches collaborateurs ! Comparées à des stars du ballon rond, à des traders souvent bons mais parfois sans scrupules, au show business, les rémunérations des grands patrons font parfois pâle figure ! Est-ce si normal ? [source éditeur]


Localiser ce document(1 Exemplaire)

Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée