Notice bibliographique

  • Notice

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte noté. Image fixe : sans médiation

Auteur(s) : Urasawa, Naoki (1960-....). Auteur du texte  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre(s) : Asadora !. 1 [Texte imprimé] / Naoki Urasawa

Traduction de : Asa dora!. Vol. 01

Lien au titre d'ensemble : Asadora ! 

Publication : Bruxelles : Kana, DL 2020

Description matérielle : 1 vol. (192 p.) : ill. ; 18 cm

Collection : Big Kana

Lien à la collection : Big Kana 



Numéros : ISBN 978-2-5050-8524-9 (br.) : 7,45 EUR
EAN 9782505085249

Notice n° :  FRBNF46515187

Univers jeunesse Cette notice appartient à l'univers jeunesse



Infos du Centre national de la littérature pour la jeunesse : 
Genre : Bandes dessinées
Public destinataire : À partir de 11 ans
Avis critique : Coup de coeur !
Notice critique : Devenu une star internationale du manga avec Monster, et ayant bénéficié d'une exposition majeure à Angoulême, Urasawa revient d'une manière surprenante, avec ce « feuilleton manga » qui met en scène une fillette au caractère bien trempé, harcelant les adultes pour obtenir ce qu'elle veut. Le titre fait en fait référence à un feuilleton de la NHK qui dure depuis 1961. Le manga s'ouvre sur une scène d'apocalypse actuelle, où Tokyo est ravagée par un monstre géant - on pense à Godzilla. Puis le récit nous amène abruptement en 1959, dans Nagoya ravagée par un typhon. Asa, dernière d'une famille très nombreuse, au point que tout le monde l'oublie, court pour trouver un médecin pour sa mère accouchant, puis pourchasse un voleur maladroit qu'elle convainc d'aider les sinistrés du tsunami. L'action s'enchaîne à un rythme effréné, la fillette courant tout en parlant sans cesse, sur fond de tempête, d'habitations détruites, de panique familiale, de réflexions du malheureux cambrioleur. Urasawa - né en 1960 et ce n'est pas un hasard ici - gère avec talent les changements de registre, les flash-backs, et met en place une histoire aux multiples ramifications, tout en écho avec ses 0153uvres personnelles autant qu'avec l'histoire du Japon. Comme dans la plupart de ses 0153uvres, l'héroïne est mouvement, et les méchants sont complexes. Le manga nous laisse en haleine par une trace géante de pied reptilien, à l'avant-dernière page. Comme dans 20th Century Boys, le passé et le présent dialoguent dans un récit remarquablement construit. La suite est donc attendue avec impatience... - Le 20200401, par Olivier Piffault (publié dans La Revue des livres pour enfants)