Notice bibliographique

  • Notice
vignette simple

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte : sans médiation

Auteur(s) : Cotta, Françoise  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre(s) : La robe noire [Texte imprimé] / Françoise Cotta ; avec la collaboration de Frédéric Ploquin

Publication : Paris : Fayard, DL 2019

Impression : impr. en Espagne

Description matérielle : 1 vol. (334 p.) ; 22 cm


Autre(s) auteur(s) : Ploquin, Frédéric (1959-....). Collaborateur  Voir les notices liées en tant qu'auteur


Sujet(s) : Défense (procédure pénale) -- France -- 1990-.... -- Récits personnels  Voir les notices liées en tant que sujet

Indice(s) Dewey : 340.092 (23e éd.)  Voir les notices liées en tant que sujet


Numéros : ISBN 978-2-213-68607-3 (br.) : 20 EUR
EAN 9782213686073

Notice n° :  FRBNF45657375


Résumé : La robe noire de Françoise Cotta, avocat pénaliste, a trempé dans les faits divers et le crime pendant des dizaines d'années. Trait distinctif  : elle ne dit pas avocate, mais avocat. Elle a, entre autres, défendu des mères infanticides, des pères incestueux, des pédophiles, des trafiquants de drogue. Pour elle, le vrai sujet, c'est la responsabilité. Femme engagée, elle dénonce particulièrement les errements du tout-répressif et pose un regard sans concession sur la justice spectacle et l'absence criante en prison de soins psychiatriques dignes de ce nom.Narratrice à la première personne de sa vie et de sa carrière, celle que le barreau appelle Françoise est l'une des rares à avoir occupé l'espace très masculin de ces audiences. Alors qu'elle a décidé de raccrocher – mais le peut-on vraiment  ?-,elle fait ici le récit de ces histoires criminelles qu'elle a côtoyées et où apparaissent de singulières figures d'hommes et de femmes.«  Il y a le métier d'avocat et la vie, écrit-elle, j'aime les déglingués dans les dossiers, pas dans la vie. On a une éthique, heureusement  ! Sinon on devrait être fan de l'inceste pour défendre une personne accusée d'inceste, et il faudrait que l'on soit cocaïnomane pour défendre un trafiquant. Je leur dis souvent  : ‘'Je ne porte aucun jugement sur vous, je ne suis pas là pour ça.''  »  Françoise Cotta, 67 ans, a revêtu la robe noire en 1980 et fait ses classes au tribunal correctionnel des flagrants délits. Elle ouvre son cabinet en 1983 et devient pénaliste. [source éditeur]


Localiser ce document(1 Exemplaire)

Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée