Notice bibliographique

  • Notice
vignette simple

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Musique notée : sans médiation

Auteur(s) : Saint-Saëns, Camille (1835-1921). Compositeur  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre conventionnel : [Le retour de Virginie]. Réduction pour chant et piano  Voir les notices associées à la même oeuvre

Titre(s) : Le retour de Virginie [Musique imprimée] : cantate : soprano, ténor, basse et orchestre / Camille Saint-Saëns ; sur un texte d'Auguste Rollet ; réduction pour voix et piano de Vincent Boyer

Présentation : [Partition]

Publication : Lyon : Symétrie, 2018

Impression : 69-Lyon : Impr. Symétrie

Description matérielle : 1 partition (65 p.) : ill. ; 30 cm

Note(s) : Durée : ca 30 min. - Notice biographique et notice sur l'oeuvre en français et anglais

Distribution musicale : voix - soprano (01) (solo), , voix - baryton (01) (solo), clavier - piano (1)



Autre(s) auteur(s) : Rollet, Auguste (18..-19..?). Librettiste  Voir les notices liées en tant qu'auteur
Boyer, Vincent (19..-.... ; musicien). Auteur de la réduction musicale  Voir les notices liées en tant qu'auteur


Sujet(s) : Cantates profanes -- 19e siècle -- Réductions chant et piano  Voir les notices liées en tant que sujet


Numéros : EAN 9790231804638
ISMN 979-0-2318-0463-8 (br.) : 30 EUR

Notice n° :  FRBNF45505851

Univers musique Cette notice appartient à l'univers musique


Résumé : Certes, Saint-Saëns est encore un jeune musicien inexpérimenté lorsqu'il s'inscrit au concours pour la première fois. Élève d'Halévy depuis 1849, il n'a que seize ans lorsqu'il entre en loge en juin 1852 pour la réalisation d'une fugue et d'un très joli Chœur des sylphes. Classé en tête des candidats à l'issue de ces premières épreuves, c'est sans doute avec une certaine confiance qu'il aborda, du 26 juin au 21 juillet suivant, la composition de sa cantate Le Retour de Virginie sur un poème d'Auguste Rollet d'après le roman de Bernardin de Saint-Pierre. Sa déception dut être grande à la proclamation des résultats: préférant couronner le travail de Léonce Cohen, le jury ne lui attribuait finalement aucune récompense. Bien des années plus tard, il reconnaîtra toutefois le bien fondé d'un jugement sans doute destiné à le retenir encore un peu sur les bancs du Conservatoire. C'est que tout en laissant entrevoir les réelles qualités de son auteur, cet ouvrage, il est vrai un peu hétérogène témoigne avant tout d'un musicien encore en devenir, subissant de très fortes ­influences. Ainsi, entre imitation à peine masquée de Mendelssohn et éléments de bel canto post-rossiniens, à travers l'exotisme de pacotille de la Danse nègre introductive, ou le final rappelant l'apothéose de Marguerite de la Damnation de Faust, il serait vain et illusoire de chercher à apprécier cette cantate à travers l'unique prisme de son auteur, fût-il appelé à un glorieux avenir. Œuvre de concours, œuvre de jeunesse, empreinte de savoirs autant que d'admirations où de naïvetés, c'est avant tout comme le précieux témoignage d'une esthétique à part qu'il convient aujourd'hui de l'aborder si l'on tient à en goûter pleinement les indé­niables réussites… [source éditeur]


Localiser ce document(1 Exemplaire)

Richelieu - Musique - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée

VMB-12950
support : musique imprimée
Voir détail exemplaire