Notice bibliographique

  • Notice
vignette simple

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Musique notée : sans médiation

Auteur(s) : Sacre, Guy (1948-....). Compositeur  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre conventionnel : [Deux poèmes de Jean Pellerin]  Voir les notices associées à la même oeuvre

Titre(s) : Deux poèmes de Jean Pellerin [Musique imprimée] : baryton et piano / Guy Sacre

Publication : Lyon : Symétrie, 2018

Impression : 69-Lyon : Impr. Symétrie

Description matérielle : III-5 p. : ill. en coul. ; 30 cm

Note(s) : Durée : ca 3 min 15 s. - Notice biographique et notice sur l'oeuvre en français et anglais

Distribution musicale : voix - baryton (01) (solo), clavier - piano (1)



Autre(s) auteur(s) : Pellerin, Jean (1885-1921). Auteur du texte  Voir les notices liées en tant qu'auteur


Sujet(s) : Mélodies françaises -- 20e siècle  Voir les notices liées en tant que sujet
Mélodies (voix moyenne) acc. de piano -- 20e siècle  Voir les notices liées en tant que sujet


Numéros : EAN 9790231807851
ISMN 979-0-2318-0785-1 (br.) : 12 EUR

Notice n° :  FRBNF45504820

Univers musique Cette notice appartient à l'univers musique


Résumé : Un poète de cette qualité peut-il disparaître corps et biens? Non pas seul, d'ailleurs : avec Carco, Derème, et quelques autres de cette «école fantaisiste» qui, en marge des bruyantes révolutions de l'art et de la littérature, celles où toujours un clou chasse l'autre, se piquait seulement de savoir faire des vers. Et quels vers! Virtuosissimes, à la fois délectables et délictueux, plus retors qu'il n'y paraît, ne sacrifiant à la rime, luxueuse, au rythme, acrobatique, à l'enjambement, espiègle et farfelu, que dans la mesure où la pensée s'en trouvait plus acérée encore, entre humour et mal de vivre, entre ironie et désespoir. Leur maître, Paul-Jean Toulet, est encore un peu vivant, grâce à ­quelques accents («Prends garde à la douceur des choses») qui persistent dans toutes les mémoires. C'est à son art de l'esquive, de la pudeur émue, que s'apparentent les deux poèmes de Jean Pellerin que j'ai voulu mettre en musique; on y parle, une fois de plus, de l'amour et de la mort, ces deux figures obligées de notre théâtre; et si dans le second la douleur s'exprime sans ambages, c'est qu'à ce masque-là l'acrobatie d'une rime ou d'un rejet n'enlève rien de sa gravité. [source éditeur]



Réunit :
Ce souffle qui chante
VQuand mon fil se cassera

Localiser ce document(1 Exemplaire)

Richelieu - Musique - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée

VMH-17956
support : musique imprimée
Voir détail exemplaire