Notice bibliographique

  • Notice
vignette simple

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte : sans médiation

Auteur(s) : Orcival, François d'  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre(s) : L'Élysée sous l'Occupation [Texte imprimé] : le palais fantôme / François d'Orcival,...

Édition : [Nouvelle] éd. revue

Publication : Paris : Perrin, DL 2017

Impression : 45-Malesherbes : Maury impr.

Description matérielle : 1 vol. (314 p.) : ill. ; 18 cm

Collection : Collection Tempus ; 675

Lien à la collection : Collection Tempus 


Note(s) : En appendice, choix de documents. - Bibliogr. p. 309-314


Autre(s) forme(s) du titre : 

Titre d'une autre édition : L'Élysée fantôme : les années noires


Sujet(s) : Paris (France) -- Palais de l'Élysée -- 1900-1945  Voir les notices liées en tant que sujet
Paris (France) -- 1940-1944 (Occupation allemande)  Voir les notices liées en tant que sujet
France -- Politique et gouvernement -- 1940-1945  Voir les notices liées en tant que sujet

Indice(s) Dewey : 944.361 0816 (23e éd.)  Voir les notices liées en tant que sujet


Numéros : ISBN 978-2-262-06812-7 (br.) : 9 EUR
EAN 9782262068127

Notice n° :  FRBNF45236922


Résumé : Abandonné par Albert Lebrun en juin 1940, apparemment vide, l'Elysée reste pourtant un lieu d'intrigues et de jeux de pouvoir pendant toute la durée de la guerre. Entre ses murs débarrassés des objets de valeur et du mobilier déménagés en lieu sûr, on voit défiler Pétain, Thorez, Laval, Darlan, Abetz, von Rundstedt... A la Libération, de Gaulle en restera éloigné et c'est Vincent Auriol qui y entrera à nouveau en 1947. Pour reconstituer cette histoire oubliée, il fallait repartir de fragments d'archives rescapées du désastre, de papiers et de journaux négligés et, surtout, de témoignages ensevelis depuis le naufrage ou inédits, parmi lesquels celui de l'immuable concierge de ces années de guerre. Dans le cartouche couleur : " Un récit vif, nerveux... qui regorge de portraits à l'eau-forte... " Valeurs actuelles " L'Elysée ressemble au château de Kafka. On y pense tout le temps, mais on ne s'y rend jamais. " Le Nouvel Observateur [source éditeur]


Localiser ce document(1 Exemplaire)

Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée