Notice bibliographique

  • Notice
  • vignette
  • vignette
vignette large

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte. Image fixe : sans médiation

Auteur(s) : Bellis, Jean. Illustrateur  Voir les notices liées en tant qu'auteur
Molveau, Jean (1958-....)  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre(s) : Les ailes de la Grande guerre [Texte imprimé] / illustrations, Jean Bellis ; textes, Jean Molveau

Publication : Toulouse : Cépaduès éditions, DL 2016

Impression : 31-Toulouse : Impr. Messages

Description matérielle : 1 vol. (41 p.) : ill. en coul. ; 41 cm

Collection : Aérocollection, ISSN 2266-1832

Lien à la collection : Aérocollection 



Sujet(s) : Aéronautique militaire -- Europe -- 1900-1945 -- Ouvrages illustrés  Voir les notices liées en tant que sujet

Indice(s) Dewey : 629.133 3409 (23e éd.)  Voir les notices liées en tant que sujet


Numéros : ISBN 978-2-36493-553-2 (rel. à spirale) : 35 EUR
EAN 9782364935532

Notice n° :  FRBNF45154957


Résumé : En France, les militaires expérimentent les aéroplanes dès les Manœuvres de Picardie, fin 1910. Ils se rendent compte de l'utilité de « l'éclairage » par voie aérienne. Outre les ballons captifs d'observation, que tous les belligérants vont employer massivement, la « cinquième arme » va servir à identifier les intentions de l'adversaire, et à régler les tirs de l'artillerie. Lors du déclenchement des hostilités, le bombardement aérien, que les stratèges pensent être l'apanage des dirigeables (seuls capables d'embarquer des cargaisons conséquentes sur de grandes distances – avec leurs Zeppelin, les Allemands inaugureront les raids de terreur sur les villes) s'exerce également, bien que timidement, avec des avions. Initialement menées par des appareils isolés embarquant de faibles charges, au fil de la Grande Guerre, ces missions verront des formations de plus en plus compactes de machines mieux motorisées porter la mort sur le front et l'arrière… Le 5 octobre 1914, c'est à bord d'un Voisin que l'équipage Frantz et Quenault remporte la première victoire aérienne aux dépens d'un Aviatik. La spécialisation de l'aviation de chasse va s'affirmer durant la Bataille de Verdun, lorsque le général Pétain demande à l'Aéronautique militaire de « balayer le ciel des avions allemands ». Sur mer aussi, les spécificités du combat naval vont conduire les hydravions, au départ de bases côtières voire de navires, à opérer pour le sauvetage, l'exploration et la protection de convois ou le bombardement et même la chasse. La Première Guerre mondiale s'avère être un puissant accélérateur de progrès pour l'aviation. La paix revenue, elle sera prête à conquérir la planète ! [source éditeur]


Localiser ce document(1 Exemplaire)

Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée