Notice bibliographique

  • Notice
vignette simple

Type(s) de contenu et mode(s) de consultation : Texte : sans médiation

Auteur(s) : Ponnier, Jacques  Voir les notices liées en tant qu'auteur

Titre(s) : Le sujet et son désir, le sujet entre nature et culture, le sujet et son corps [Texte imprimé] / Jacques Ponnier

Titre d'ensemble : Mon cours de philosophie ; tome 3

Lien au titre d'ensemble : Mon cours de philosophie 

Publication : [Marseille] : Libres d'écrire, copyright 2017

Impression : 78-Maurepas : Impr. Lightning source

Description matérielle : 1 vol. (803 p.) ; 23 cm


Sujet(s) : Sujet (philosophie)  Voir les notices liées en tant que sujet
Désir (philosophie)  Voir les notices liées en tant que sujet
Philosophie -- Méthodologie  Voir les notices liées en tant que sujet

Indice(s) Dewey : 101 (23e éd.)  Voir les notices liées en tant que sujet


Numéros : ISBN 978-2-37692-037-3 (br.) : 29,95 EUR
EAN 9782376920373

Notice n° :  FRBNF45397067


Résumé : Qui suis-je ? Et d'abord, suis-je quelqu'un ? Suis-je même quelque chose ? Questions terriblement rebattues en ces temps de postmodernité qui proposent l'« épanouissement du moi » comme seul sens de la vie, mais dont le traitement n'avance pas pour autant. L'incantation ne remplace pas la réflexion. Penser le moi engage l'ensemble de la problématique de la philosophie. A commencer par le désir : c'est par lui que nous voulons définir notre être intime : « moi, j'aime Picasso, je déteste Wagner, mais j'adore le roquefort, etc. ». Ceux qui désirent les mêmes choses se rassemblent et se donnent une identité de groupe, etc. A côté du désir connu de nous, il existe le désir inconscient, que j'ai exploré dans le tome II de ce cours. Certains estiment que, par essence et définition, il est le siège de notre « vrai » moi. C'est faire l'impasse sur la névrose, la psychose et la dépression et ce qu'elles nous apprennent. En réalité, nous nous construisons en rejetant certains de nos désirs et en en intégrant d'autres. Une réflexion sur ces désirs nous permettant de savoir quoi en faire s'impose donc. Le désir est l'expérience d'un manque qui fait imaginer un plein, plein qui, dès lors, nous attire. On a voulu y voir l'œuvre de la nature, alors que, à la différence du besoin, il est celle de la culture, cet ensemble des réponses que nous inventons pour satisfaire nos besoins, et qui transforment ces besoins en désirs infinis. C'est l'effet de l'interdit, de la séduction et de l'imitation : Bataille, Freud, Girard. Mais derrière tout cela et l'impulsant, il y a, peut-être, le désir premier d'être et de ne pas disparaître. Désir d'éternité souvent foudroyé par le temps : Alfred Adler. Construire son « moi » (car le moi n'est pas un donné naturel, mais l'édification incessante d'un caractère) implique de gérer l'excès passionnel consubstantiel au désir. Ce n'est possible que grâce à une raison mise au fait de l'Inconscient. [source éditeur]


Localiser ce document(1 Exemplaire)

Tolbiac - Rez-de-jardin - magasin

1 partie d'exemplaire regroupée